Dimanche 21 Juillet 2019
Testata Turismo Parma Paganini Congrès Photo Gallery Homepage www.comune.parma.it Émilie-Romagne Tourisme

Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Evenements / Manifestations et initiatives / Expositions / La fortune de La Scapiliata de Leonardo da Vinci

La fortune de La Scapiliata de Leonardo da Vinci

Une exposition de chefs-d’œuvre d’art réunis autour à la charmante “Scapiliata”, patrimoine du Complexe Monumentale de la Pilotta de Parma.

à partir de 18/05/2019
à 12/08/2019
siège Galerie Nationale
Palazzo della Pilotta
Parma (PR)
heures

de mardi à samedi de 10h à 18h; dimanche de 13h à 19h.

coût Ticket unique pour l'exposition et tous les Musées de la Pilotta euro 10,00; euro 13,00; groupes euro 12,00; 18-25 ans euro 7,00; under 18 euro 5,00; gratuit under 6.
pour plus d'informations
Tel: +39 0521233309
http://pilotta.beniculturali.it/
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal
Expositions

C’est une série de chefs-d’œuvre, à partir de 4 œuvres de Leonardo, celle qui offre la Galerie Nationale de Parma avec l’exposition La fortune de “La Scapiliata” de Leonardo da Vinci, par Pietro C. Marani et Simone Verde.
A côté de celle de Leonardo, le publique pourra admirer des oeuvres de très haute niveau de Gherardo Starnina, Bernardino Luini, Hans Holbein, Tintoretto, Giovanni Lanfranco, toutes réunies autour de la charmante “Scapiliata”, patrimoine du Complexe Monumentale de la Pilotta de Parma.

L’exposition, organisée par le Complexe Monumentale de la Pilotta et Fondazione Cariparma, fait partie de celles officielles du Comitat Nazionale pour le Célébrations des 500 ans de la mort de Leonardo da Vinci.

L’événement est articulé en quatre sections.
La première inclue des antiquités et les premier pas d’une recherche picturale de la renaissance qui trouvera avec Leonardo sa maxime expression. La deuxième avec quelques peintures et des dessins originales de Leonardo ou du milieu de Firenze, précédents ou contemporaines de l’artiste, où l’on traite le thème des cheveux ébouriffés, comme des flammes flottantes dans l’air à cause du vent, entre lesquels la célèbre Leda degli Uffizi.
On réunit les dérivations anciennes à thème de Leonardo à témoignage de la précoce fortune critique de ce sujet iconographique, en choisissant des œuvres de Giovanni Agostino da Lodi et Bernardino Luini. En particulier dans le rapport avec l’œuvre de Luini, la Salomé avec une servante qui reçoit du bourreau la tête de Saint Jean Baptiste des Uffizi, la petite table de Parma semble prise presque littérairement dans le visage  de la protagoniste.
Dans la section successive il y a un excursus sur le peintre et sculpteur Gaetano Callani (Parma, 16 janvier 1736 – 6 novembre 1809) qui dans sa collection a accueilli la Scapiliata de Leonardo. Avec le but de documenter la politique des acquisitions de la Galerie Palatina entre le 1820 et le 1840, donc au moment de l’entrée de l’œuvre dans ses collections, l’exposition s’arrête aussi sur la figure de Paolo Toschi, à l’époque directeur des Gallerie dell’Accademia de Belle Arti de Parma, qui a défini la Scapiliata «chose très rare à trouver pendants notre jours».
Parmi toutes les acquisitions, d’œuvres qui viennent des collections Callani Sanvitale et Baiardi, achetées en 1834 et en 1839, an dans lequel les Gallerie s’enrichirent du chef-d’œuvre de Leonardo grâce à l’acquisition de la collection Callani.
L’exposition et le catalogue (Nomos Edizioni) expliquent enfin le thème de l’authenticité de l’œuvre. L’hypothèse plus accréditée propose une petite table comme appartenue à Isabella d’Este. L’œuvre reste a Mantova aussi après la vente de la Collection Gonzaga à Carlo I Stuart (1626-27) et elle est volée pendant le Sac de la ville par les Lanzichenecchi à la solde de Ferdinando II en 1630-31. Après, la Scapiliata serait arrivée dans la collection de Gaetano Callani pendant son séjour à Milano entre le 1773 et le 78, peut-être grâce à ses beaux-frères Agostino et Giuseppe Gerli. Aujourd’hui la critique accueille à l’unanimité l’attribution à Leonardo, reconnue comme authentique par les majeures spécialistes et des récentes expositions dédiées à Leonardo: Louvre (2003), Milano (2014-2015), New York (2016), Parigi (2016); Napoli (2018); Louvre (2019).
Pour cette occasion, La Scapiliata a été soumise à des contrôles scientifiques, chargées à un des meilleurs spécialistes du secteur, l’ingénieur Claudio Seccaroni de l’Enea. L’expert, sous l’attente observation de Pinin Brambilla Barcilon et des deux organisateurs de l’exposition, ha soumis la peinture à des recherches avec la fluorescence à Rayons UV et à lumière rasante, au but de relever la technique picturale et les pigments utilisés par l’artiste dans les différentes phases d’exécution de l’œuvre. Le résultat très intéressant de ces recherches ont été publiques dans le catalogue.



Date de la dernière mise à jour:
22/05/2019